Près de 80% des clics s’orientent vers les 3 premiers résultats. En voilà une bonne raison d’être premier dans Google ! Ce guide vous présente les méthodes pour atteindre cet objectif.

Les différentes possibilités d’être en première page de Google

Il y a positionnement et positionnement

Avant d’évoquer les principales méthodes utilisées pour réussir à place un site en première page de Google et autres moteurs de recherche, il convient de distinguer ce qui relève d’un classement avantageux d’une première position anecdotique. Des sociétés aux noms atypiques peuvent tout à fait truster la plus haute place du podium sans avoir recours aux services d’une agence SEO ni réaliser un travail conséquent en termes de référence naturel. Il est en revanche bien moins évident de bénéficier de la meilleure visibilité sur des requêtes concurrentielles. Comme nous allons le voir dans la prochaine partie, tous les professionnels en ligne doivent aspirer à apparaître en premier dans Google sur des expressions pertinentes.

Distinguer les types de résultats

Si l’objet de cet article est de vous éclairer quant aux actions permettant de figurer dans les résultats organiques historiques, on ne doit pas occulter les autres options qui s’offrent aux entreprises en quête de visibilité. C’est en premier lieu l’usage des liens sponsorisés, avec les plus connus d’entre eux, les mots-clés du programme adwords.

Google résultats Adwords

Sans aucun doute la possibilité la plus évidente pour susciter l’attention de ses prospects, seulement quelques heures après avoir initié une campagne. Cependant, cela présente un coût non négligeable, en particulier sur les requêtes qui ramènent le plus de visiteurs. Et il est beaucoup plus facile de perdre de l’argent que d’obtenir un ROI avantageux, surtout quand on ne maîtrise pas l’outil ou lorsqu’on n’a pas suffisamment travaillé ses offres. Il s’agit ensuite d’une forme de déclinaison du référencement naturel à savoir les résultats géolocalisés. Pour gagner en visibilité sur ces requêtes, un site doit posséder des pages dans lesquelles se trouvent des expressions relatives à la situation géographie de l’établissement et avoir créé (et bien renseigné) les informations sur Google My Business. Outre le travail de rédaction, il y a fort à parier que le nombre d’évaluations laissées par les internautes permet aux entreprises les plus populaires de se maintenir durablement dans le haut du panier.

Google résultats hotel recherche

Pour occuper davantage de place dans les premiers résultats de Google, on peut également compter sur les “snippets”, des extraits d’informations des sites indexés par le moteur américain. Il y a par exemple des liens menant à différentes pages d’un même nom de domaine, permettant aux utilisateurs de potentiellement identifier les offres qu’ils convoitent.

Google résultats concert

Sont en outre affichées des informations, qui parfois motivent l’internaute à cliquer sur la source pour en savoir davantage, ou dans d’autres situations se satisfont de la réponse dévoilée directement par Google en position zéro, sans avoir à se diriger sur le site à l’origine de l’information.

Google résultat recette

Trouver quel mot clé cibler

La réflexion et les considérations de langues

La tâche peut paraître anodine au premier abord mais elle demeure relativement ardue, tout au moins chronophage quand on s’efforce de la concrétiser avec rigueur. Première mission et pas la plus évidente, il faut s’interroger sur la manière dont ses potentiels clients expriment leurs besoins. Dit autrement, comment formulent-t-ils leurs problèmes, auxquels vous êtes susceptibles d’apporter une réponse ? Ce que renseignent les internautes dans les barres de recherche s’éloigne parfois de manière conséquente des mots-clés définis par les entreprises présentes sur la toile. En discutant avec des clients ou des prospects, vous pourriez assurément apprendre des termes auxquels vous n’avez même pas songé. S’ajoute à cela le succès grandissant de la recherche vocale, qui implique des requêtes composées de davantage de mots-clés, ainsi que de véritables questions sous formes de phrases, souvent géolocalisées. Deux autres points méritent d’être soulignés à savoir les contraintes liées aux traductions et les divergences sémantiques pouvant exister au sein d’une même langue. Effectivement, un service de traduction sélectionnera sans doute les termes équivalents dans une langue étrangère (si vous le sollicitez pour un site internet multilingue) alors que ses locuteurs ont plutôt l’habitude de désigner les produits concernés d’une autre façon. De plus, les locuteurs francophones de différentes régions du monde n’ont pas systématiquement recours aux mêmes expressions. Nous avons nous-même vécu cette situation en devant rédiger des contenus pour le compte d’un professionnel spécialisé dans l’aménagement intérieur au Québec, des termes différents de ceux dont on se sert dans l’Hexagone étaient employés pour qualifier certains éléments.

S’interroger sur la faisabilité d’un positionnement

Admettons que vous ayez bien déterminé les mots-clés employés par vos cibles. Il faut bien faire le distinguo entre ceux qui vous permettront de les convertir (achat, formulaire rempli, inscription newsletter) et ceux beaucoup moins rentables sur la durée qui ne feront que grossir temporairement votre audience. Le deuxième point à prendre en compte est celui de la concurrence et des moyens dont vous disposez pour la bousculer et ainsi remonter en première page google. C’est très certainement un espoir vain de travailler essentiellement des expressions composées d’un, deux ou trois mots-clés qui sont sources d’un trafic important pour des mastodontes de votre secteur d’activité. L’objectif pour beaucoup de PME est de faire croître leur audience en tirant profit de la longue traîne, puis éventuellement, en ayant acquis une certaine autorité, parvenir à gagner en visibilité sur des requêtes concurrentielles, par exemple en obtenant des liens à forte valeur ajoutée.

Les outils de recherche de mots-clés

Fort heureusement, les webmasters ne s’appuient pas que sur leur imagination pour répertorier ces termes pouvant accroître leur chiffre d’affaires. De Spyfu à Wordstream en passant par le service fourni par Google lui-même, diverses solutions gratuites s’offrent à eux ! Pour aller plus loin et bénéficier d’un large éventail de fonctionnalités, ils peuvent s’orienter vers des outils plus complets mais aussi payants à l’image de SemRush. Pour désigner vos produits et / ou vos services, il y a certainement des requêtes générales comme des expressions très précises qui vous permettront d’apparaître en première page Google. Les inspirations peuvent aussi surgir en parcourant les pages des entreprises qui proposent des offres analogues ou tout au moins qui se rapprochent des offres que vous promouvez. Si la transformation demeure l’objectif premier, n’oublions pas que les internautes se servent beaucoup de la toile pour résoudre un problème, obtenir des informations sans nécessairement envisager un achat dans l’immédiat. Ayez à l’esprit qu’un visiteur satisfait d’avoir été éclairé peut ajouter votre boutique à ses favoris ou s’intéresser aux autres contenus que vous proposez.

Rédiger le contenu avec un bon sujet

Déterminer les sujets

Vous vous êtes déjà bien démené mais êtes loin d’avoir fait le nécessaire pour mettre votre site en première page et à minima sur le podium. Une fois les bons mots-clés recensés, il vous faut rédiger des contenus ayant la faculté de se hisser dans les premiers résultats mais aussi de captiver votre lectorat. La condition sine qua non : écrire avant tout pour vos prospects avant de penser aux robots des moteurs ! L’identification de son ou ses personas est assurément une méthode intéressante quand on doit définir des sujets à traiter. Pour faire émerger des idées, n’hésitez pas à vous intéresser aux professionnels qui suivent l’approche du silo et répondent à des problématiques claires que présentent leurs prospects.

Des textes structurés

Être premier sur Google oblige aussi à se conformer aux spécificités de la rédaction web. Et il n’est pas nécessaire d’avoir une plume incontestée pour y parvenir ! Un papier particulièrement inspirant d’un journaliste de presse écrite (comme d’un pure player) peut avoir les plus grandes peines du monde à apparaître en tête sur des mots-clés concurrentiels. La cause ? D’une part, le champ lexical dont a recours l’auteur ne valorise pas forcément des expressions très utilisées par les internautes, d’autre part ce même journaliste ne se plie pas aux exigences du SEO et ne structure pas nécessairement ses articles comme l’effectue un professionnel du référencement. Si vous aspirez à optimiser la visibilité de vos contenus textuels, mettez toutes les chances de votre côté et suivez nos recommandations. Au plus on développe son propos, au plus le champ sémantique est caractérisé par sa richesse (si le sujet est maîtrisé). Un contenu portant sur une station de ski peut inclure entre autres les expressions suivantes : domaine skiable, météo des neiges, poudreuse, piste (nom de la station), piste noire (nom de la station) forfait (nom de la station), snowpark (nom de la station), hébergement (nom de la station), activité (nom de de la station) etc…

Il convient aussi d’insérer des balises h2 et h3 qui dans l’idéal sont composées de mots-clés ou de déclinaisons / synonymes, devant favoriser la compréhension des robots chargés de restituer les pages indexées dans les résultats de recherche.

Des écrits inspirants

Par ailleurs, les textes doivent présenter une dimension marketing et donner envie aux visiteurs de s’intéresser aux offres mises en lumière. Non seulement, l’introduction doit comporter en principe le mot-clé ciblé mais elle renseigne sur la problématique, les enjeux traités et donne envie à l’internaute de se plonger dans la totalité du contenu. Dans le cas d’une boutique e-commerce, il faut absolument s’affranchir du simple copier coller des fiches produits fournies par les fabricants. D’une part, on préconise de rédiger soi même ses présentations (ou de confier la mission à un référenceur) afin d’y inclure un maximum d’expressions susceptibles d’être employées par les utilisateurs de Bing ou Google. D’autre part, c’est le meilleur moyen d’intégrer des occurrences oubliées par ses concurrents et de montrer à ses visiteurs que l’on connaît ses offres et qu’elles répondent à leurs besoins du moment. Pour ceux qui ne sont pas du tout partisans des longs paragraphes, rien n’empêche de mettre en place des parties de textes sous forme d’accordéon, afin de masquer les détails juste en dessous des messages considérés comme essentiels, qui eux apparaissent nécessairement sans que l’internaute n’ait à cliquer.

Réaliser un maillage interne pour pousser votre page

Le maillage interne est important à plus d’un titre. Tout d’abord, il favorise l’indexation des contenus, c’est pour cela qu’il convient notamment de créer des liens menant vers des pages profondes. Le deuxième intérêt est relatif à la hiérarchisation des contenus. Puisque les liens internes diffusent le jus aux pages sur lesquels ils dirigent l’internaute, il est préconisé de valoriser les pages considérées comme les plus attractives ou celles qui peuvent contribuer le plus au ROI. Dans l’idéal, les liens internes, à l’image du profil des backlinks que nous évoquerons par la suite, doivent être caractérisés par des ancres variées, composées ou non de mots-clés inhérent au champ lexical de l’activité.

Enfin, on invite tous nos lecteurs à s’affranchir de publier des pages dont les footers sont garnis de nombreux liens. Ceux qui adoptent cette démarche diluent le jus de lien et ne permettent pas aux robots des moteurs de discerner les pages qui sont les plus importantes.

Mettre en place une stratégie de netlinking

Les stratégies netlinking d’antan désuètes

Au plus on aspire à travailler les mots clés où la compétition est rude, au plus il faut compter sur une grande popularité, qui se matérialise fréquemment par une forte autorité récompensée par Google. Concrètement, les marques concernées peuvent s’inviter dans les premières positions et bénéficier d’un trafic conséquent. Aux yeux du moteur, elles sont recommandables et jouissent d’une visibilité optimale car de nombreux sites leur font ces si précieux “backlinks”. Annuaires, commentaires de blogs, communiqués de presse et échange de liens pouvaient suffire il y a une décennie pour améliorer de manière significative ses positions. Malheureusement, le durcissement des règles et Google Pingouin ont eu raison des professionnels qui tiraient profit de méthodes faciles à mettre en oeuvre et qui s’apparentaient souvent à du spamming.

Des liens de qualité et des ancres variées

Il n’y a pas de technique miracle quand on souhaite travailler efficacement son netlinking. Plusieurs bonnes pratiques doivent tout de même être concrétisées. Essayez autant que faire se peut de développer des relations avec d’autres professionnels en ligne afin d’obtenir gracieusement des liens de leur part et songez à vos partenaires, fournisseurs ou autres relations pouvant aussi favoriser votre promotion par l’intermédiaire d’un backlink et au final contribuer à votre référencement naturel. Tous les liens ne se valent pas, un lien émanant d’une plateforme très populaire aura beaucoup plus d’impact qu’une dizaine de liens provenant de sites à la popularité très modeste. Après avoir identifié les plateformes sur lesquelles vous appuyer, vous devez aussi être méticuleux quant aux ancres de vos backlinks. Google n’épargne pas les entreprises dont la notoriété explose et dont les liens contiennent systématiquement des mots-clés concurrentiels. Pour passer sous les radars, il est préférable de combiner des ancres naturelles (“cliquez ici” “cette page” “nom de votre entreprise”) et des ancres optimisées. Même principe pour les liens Dofollow / Nofollow ! C’est ce qu’on appelle travailler un profil de liens naturel.

Les autres critères qui influent sur le positionnement dans Google

En appliquant toutes les recommandations que nous avons données, vous avez davantage de chances de voir les liens de vos pages se trouver dans les premiers résultats organiques. Mais l’algorithme de Google prend en considération une multitude de facteurs. D’autres caractéristiques peuvent avoir des répercussions positives ou négatives sur la visibilité de votre site web. Il s’agit entre autres du temps de chargement, qui peut largement perturber l’expérience des visiteurs. Ainsi, Google a décidé de pénaliser les adresses qui ne sont pas des exemples en la matière. Généralement, les conséquences sont guère évidentes à évaluer pour l’expérience utilisateur et le design mais il est incontestable qu’une plateforme bien construite et attrayante peut limiter le taux de rebond et favoriser indirectement un bon référencement naturel.

Etre en première page Google

👍 Vous souhaitez voir votre site remonter en première page de Google ? Faites appel à nos services SEO de qualité ! Contactez-nous pour un devis gratuit.